Petite réflexion sur l'erreur

Publié le 3 Janvier 2016

Petite réflexion sur l'erreur

À l’école, les erreurs sont souvent traitées comme des fautes. En effet, l'erreur est souvent source de moqueries, est souvent mal vécue par les élèves et sanctionnée par les enseignants. Au point que très souvent, l'élève ne peut plus apprendre, car il n'essaye plus de peur de se tromper, et le plus souvent se décourage, jusqu’à en perdre la confiance en soi. Bien souvent malheureusement, les erreurs ne sont pas considérées comme des occasions d’apprendre. D'ailleurs, le terme même de faute serait à proscrire, du fait de sa connotation morale négative.

Le «statut de l’erreur» est donc à repenser entièrement. Il faut d’abord autoriser l’élève à se tromper, ne pas dramatiser excessivement la faute, poser clairement le principe que la classe est un lieu ouvert aux tâtonnements de la pensée. Il s’agit ensuite de faire de la faute une occasion d’apprentissage intelligent, donc une erreur à comprendre et à rectifier. L'élève, pour progresser, doit comprendre sa faute comme faute.

Il faut donc passer dune conception négative de l'erreur donnant lieu à une sanction à une conception nouvelle où celles-ci apparaissent plutôt comme un indice de la manière dont fonctionne le processus d'apprentissage et comme un témoin précieux pour repérer les difficultés des élèves.

Article réalisé d'après un dossier fait par Jean-Pierre ASTOLFI, Professeur de Sciences de l'Education Université de Rouen

Nous conclurons par cette parole de André Giordan (1976) :

«Accompagner un élève, c’est sentir son niveau de confiance pour lui en redonner, par exemple en faisant de ses erreurs, non pas des fautes, mais de simples « faux pas » à travailler»

Rédigé par Ecole Alfitra

Publié dans #article sur la parentalité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article